Site à but non lucratif, ZIGetZAG.info vous présente des producteurs alsaciens qui développent une offre de produits et services réellement responsables, garantis par une charte éthique.

Nos bonnes intentions 2022

L’année 2021 s’est achevée et nous avons tous pris nos traditionnelles bonnes résolutions. Que pouvons-nous nous souhaiter pour 2022, afin que l’année soit placée sous le meilleur signe possible ?

Démarche progressive

Le but n’est pas de se fixer des objectifs inatteignables, mais de tendre vers une consommation plus responsable, de façon progressive, pour améliorer au jour le jour notre santé, nos emplois, notre environnement, notre moral… et notre porte-monnaie!

Réduire ses déchets ?

L’année 2021 a été marquée par plusieurs mesures visant à réduire nos déchets, notamment grâce à l’adoption, en 2020, de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. Parmi elles, la réduction du plastique. La pandémie de Covid-19 a pourtant entraîné une recrudescence avec les masques, gants, lingettes, suremballages… Mais des mesures sont entrées en vigueur comme la disparition de la vaisselle jetable et d’ustensiles en plastique à usage unique. En 2022, les suremballages plastiques pour fruits et légumes de mois de 1,5kg seront proscrits.

De notre côté, nous pouvons également limiter les dégâts en privilégiant des ustensiles réutilisables (en verre, inox, fer, bambou…), des gourdes, du « bee’s wrap (tissus enduits de cire d’abeille ou cire végétale) pour remplacer le film alimentaire... Enfin, quand cela est possible, privilégier l’achat de produits en vrac. Ce mode de distribution est amené à se généraliser. La loi Climat et résilience prévoit que les enseignes alimentaires de plus de 400m² consacrent 20 % de leur surface de vente au vrac d’ici 2030. Par ailleurs, l’achat auprès de producteurs locaux permet de diminuer considérablement les emballages.

Aller vers une mode plus responsable

L’industrie du textile est l’une des plus polluantes au monde. D’après l’ADEME (Agence de la transition écologique), nous achetons 60 % de vêtement en plus qu’il y a 15 ans et nous les portons deux fois moins longtemps. Les enseignes de « fast fashion » renouvellent sans cesse leurs collections, avec des vêtements à bas prix, nous poussant à consommer toujours plus. En outre, l’industrie textile provoque des dégâts sociaux dans les pays producteurs : exploitation des ouvriers, travail des enfants, …

Plusieurs solutions s’offrent à nous pour consommer la mode de manière plus responsable : l’achat d’occasion dans les friperies (Emmaüs, boutiques Ding Fring et Le Léopard du Relais Est…) ou en ligne (Label Emmaüs, Le Bon Coin, Vinted…) ; des vêtements de marques éthiques et certifiés GOTS, Fair’trade Max Havelaar, WFTO… disponibles dans des boutiques locales comme Vet’éthic à Nancy, Fibres&Formes à Strasbourg ou encore Mode au naturel à Colmar et Ungersheim, ainsi que dans les boutiques Artisans du Monde.

Opter pour les mobilités durables

Les transports sont le troisième poste de dépenses des ménages français d’après l’INSEE. Nos modes de déplacement ont également un impact non négligeable, mais il est possible d’améliorer nos usages.
Si la voiture est toujours indispensable pour 70 % des Français en milieu rural et 54 % de ceux vivant en ville (source ADEME), les études indiquent que la moitié des trajets que nous réalisons font mois de 5 kilomètres. Pour les trajets courts, la marche à pied ou le vélo peuvent être de bonnes alternatives. Les Français l’ont d’ailleurs bien compris puisque le programme « coup de pouce vélo », lancé par le gouvernement l’an dernier, aurait permis de réparer plus d’un million de vélos. En outre, l’État a mis en place une subvention appelée « bonus vélo à assistance électrique » qui permet d’aider à financer cet achat (jusqu’à 200 €) sous certaines conditions.

Pour les autres déplacements, il est également possible de recourir aux transports en commun ou encore à l’autopartage Citiz, qui permet de bénéficier d’un véhicule en libre-service pour une heure, un jour, une semaine… partout en France.

Tendre vers la sobriété énergétique et numérique

Les factures d’énergie ont flambé ces derniers mois. Pour faire des économies, quelques gestes simples peuvent être mis en œuvre : privilégier les douches, baisser le thermostat et porter un pull, installer des ampoules basse consommation, éteindre les appareils électriques en veille et les interrupteurs de multiprise la nuit ou en cas d’absence, etc.

Pour aller plus loin, on peut envisager des travaux de rénovation énergétique. Pour vous informer sur les bonnes pratiques, être conseillé sur des devis, sur les aides et les équipements disponibles, faites appels aux conseillers des Espaces Info énergie présents sur tout le territoire. Leurs contacts sont disponibles sur le site de la CCA-GE : www.cca.asso.fr

Nos usages numériques sont également source de pollution, mais invisible ! L’impact écologique se situe tant au moment de la fabrication que de l’utilisation et de la fin de vie des appareils. Nous pouvons néanmoins agir en achetant d’occasion, en supprimant nos messages obsolètes, en limitant la lecture vidéo en streaming, en mutualisant les objets connectés au sein du foyer… Sans compter qu’une utilisation raisonnée est plus favorable à une réduction de notre consommation électrique.

---

Retrouvez chaque jeudi une chronique éco-consommation rédigé par nos soins dans le cahier "Région" des DNA